Sondage Ifop-AllianceVita - 23 mars 2013

37 % des français favorables au droit au mariage pour des personnes de même sexe, assorti du droit d’adopter

A la veille de la Manifestation nationale du dimanche 24 mars 2013, Alliance VITA rend public  le sondage réalisé à propos de l’adhésion réelle des Français au projet de loi Taubira, tel qu’il a été voté en première lecture à l’Assemblée nationale en février 2013, et avant son passage au Sénat le 4 avril prochain.

 

Lorsque l’on explicite la double portée du texte, le mariage incluant automatiquement l’adoption dan le droit français, il n’y a plus que 37% des Français qui soutiennent le mariage de deux personnes de même sexe assorti du droit d’adopter des enfants.

 

Alliance VITA a choisi de poser les 3 questions réellement en débat aujourd’hui :

« Vous savez qu’actuellement en France, le mariage ouvre automatiquement la droit à l’adoption, c’est-à-dire qu’on ne peut dissocier mariage et adoption. Dans ces conditions, êtes-vous plutôt favorable :

  • Au droit au mariage pour des personnes de même sexe, assorti du droit d’adopter : 37 % ;
  • A une union civile, qui accorderait davantage de droits que le PACS, sans pour autant permettre le droit à l’adoption : 34 % ;
  • A aucun de ces deux projets : 24 %
  • NSP : 5% ».

 

La préférence entre à une union civile pour les couples homosexuels pour le droit au mariage et le droit
Sondage-IFOP-VITA-23-mars-2013-Mariage-e
Document Adobe Acrobat 258.0 KB

Sondage Ifop-Maires pour l'enfance - 24 février 2013

61 % des maires demandent la suspension du projet de loi “mariage pour tous”

Le Collectif des Maires pour l’Enfance publie ce jour les résultats d’un sondage IFOP/Maires pour l’Enfance concernant la position des maires sur le projet de loi « mariage pour tous »
Ce sondage, dont les résultats sont ci-après, révèle d’abord que les maires demandent la suspension du projet de loi.

  • 61 % des maires demandent au Gouvernement de suspendre l’examen du projet de loi pour laisser le temps au débat (dont 25% des maires qui sont favorables au projet de loi)
  • Seulement 19 % des maires sont tout à fait favorables au projet et 52 % des maires y sont opposés
  • Par ailleurs, 64 % des maires sont opposés à l’accès des couples de femme à la procréation médicalement assistée (PMA)

 

Ce sondage révèle également que la majorité présidentielle n’est pas unie sur ce sujet :

  • 88 % des maires socialistes sont favorables au projet de loi contre seulement 58 % des maires divers gauche. Ce soutien est donc politique.
  • 75 % des maires socialistes sont favorables à la PMA contre seulement 39 % des maires divers gauche
  • 36 % des maires de gauche souhaitent la suspension de l’examen du projet de loi. Cette proportion est de 45 % pour les maires divers gauche

Enfin, dernier enseignement de ce sondage : les maires se souviendront de la position de leur sénateur lors des prochaines élections sénatoriales.

  • 41 %  des maires (et la moitié des maires opposés au projet de loi) tiendront compte de la position de leur sénateur lors des prochaines sénatoriales. Ce qui est considérable.

Pour Franck Meyer, porte-parole du Collectif des Maires pour l’Enfance :
« Le Gouvernement a commis une grave erreur en ne consultant pas les maires en amont et en refusant de lancer un vrai et large débat public sur le mariage, la famille et la filiation. Le projet de loi divise profondément les français. Mais c’est la majorité présidentielle qui est aussi largement partagée sur le sujet.


Quand on connaît les attentes profondes des français, on ne peut comprendre l’intérêt du Gouvernement à poursuivre l’examen du projet de loi « Taubira ». Les Français seraient même soulagés si le Président de la République acceptait de retirer ce texte.


Les maires appellent au dialogue, à la sagesse et à la raison »

Les maires et le projet de loi sur le mariage pour tous
Source_IFOP-Maires.pdf
Document Adobe Acrobat 588.8 KB

Sondage Ifop-Alliance VITA - 15 février 2013

Seulement 39% des Français adhèrent au projet de loi Taubira

Au lendemain du vote en première lecture par l’Assemblée nationale du projet de loi Taubira, Alliance VITA a demandé à l’IFOP de réaliser un sondage sur l’adhésion réelle des Français à ce projet.

En effet, jusqu’à aujourd’hui, les sondages ont séparé la question du mariage et de l’adoption, donnant jusqu’à 66% d’adhésion au « mariage pour tous ». Or, dans la loi française, ces deux réalités sont indissociables. Le slogan de « mariage pour tous » est donc réducteur et trompeur, puisque le projet de loi sur l’ouverture du mariage pour deux personnes de même sexe implique nécessairement, en France, l’adoption d’enfant.

Alliance VITA a donc choisi de poser les 3 questions réellement en débat aujourd’hui :

“Vous savez qu’actuellement en France, le mariage ouvre automatiquement la droit à l’adoption, c’est-à-dire qu’on ne peut dissocier mariage et adoption. Dans ces conditions, êtes-vous plutôt favorable :

  • Au droit au mariage pour des personnes de même sexe, assorti du droit d’adopter  : 39%
  • A une union civile, qui accorderait davantage de droits que le PACS, sans pour autant permettre le droit à l’adoption : 36%
  • A aucun de ces deux projets : 21%”
  • NSP (ne savent pas) : 4%”

 

La préférence entre le droit au mariage et le droit à une union civile pour les couples homosexuels
Sondage-IFOP-VITA-mariage-pour-tous.pdf
Document Adobe Acrobat 301.2 KB

Sondage Le HuffPost-YouGov - 14 février 2013

Sondage mères porteuses (GPA): les Français sont pour, mais pas pour les homos

SONDAGE (Sondage réalisé sur Internet entre le 6 et 12 février 2013 selon la méthode des quotas à partir d'un échantillon de 899 personnes) - Le mariage pour tous ouvre-t-il la voie à la procréation médicalement assistée (PMA) et à la légalisation des mères porteuses (GPA)? Tout au long des débats qui se sont conclus cette semaine par l'adoption du texte à l'Assemblée, cette menace n'a eu de cesse d'être martelée par l'opposition UMP et centriste.

 

Le gouvernement a pourtant exclu à plusieurs reprises toute volonté de légiférer sur la question de la gestation pour autrui, la circulaire Taubira se bornant à faciliter l'octroi de la nationalité française aux enfants nés d'une mère porteuse étrangère. En revanche, le principe de l'extension de la PMA aux couples homosexuels sera, sauf nouveau coup de théâtre, bien abordé d'ici à la fin de l'année 2013, comme l'a rappelé encore récemment Christiane Taubira.


GPA: oui pour les hétéros, non pour les homos

Mais ces questions de société, qui entrent dans le champ de la bioéthique, sont loin d'être tranchées dans l'opinion. Selon notre sondage exclusif YouGov* pour Le HuffPost, une courte majorité de Français (47%) serait aujourd'hui favorable à la légalisation du recours aux mères porteuses par les couples hétérosexuels, contre 43% de personnes s'y déclarant opposés. 9% des personnes interrogées préfèrent ne pas se prononcer.

[...]

Débats compliqués en vue sur la PMA

Le même problème devrait se poser sur la procréation médicalement assistée. Aujourd'hui autorisée pour les couples hétérosexuels, via la fécondation in vitro ou l'insémination artificielle, l'idée d'élargir le droit d'accès à la PMA aux couples lesbiens rencontre une opposition franche dans l'opinion.

50% des Français y sont hostiles, dont 71% des partisans de l'UMP et 78% des électeurs de Marine Le Pen. 40% des Français, dont une très large majorité des sympathisants de gauche et d'extrême gauche, se disent au contraire favorables à ce que les couples homosexuels puissent en bénéficier.

 

Baromètre détaillé
BaromètreHP_Fev.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB

Sondage Ifop-Atlantico - 8 février 2013

Débat parlementaire J+10 : hausse de l'adhésion des Français au mariage homosexuel mais baisse sur l'adoption

Selon un sondage IFop pour Atlantico, les Français sont 66% à estimer que les couples homosexuels devraient avoir le droit de se marier, mais seuls 47% considèrent qu'ils doivent pouvoir adopter.

 

L’électorat de gauche déjà très favorable au mariage semble s’être mobilisé dans la dernière ligne droite. On est passé de 79% d’adhésion dans l’électorat de gauche à 86%. Une progression non négligeable de 7 points. La mobilisation dans la rue a peut-être ressoudé l’électorat de gauche. De l’autre côté du spectre politique, il y a également une remontée de l’adhésion au principe du mariage. Depuis janvier, on est passé de 41% à plus de 45% d’adhésion dans l’électorat de droite. Au total, on constate une moindre opposition à droite et une sur-mobilisation à gauche.

 

En revanche, concernant l’adoption, le mouvement est inverse. Si l’adhésion au mariage n’a jamais été aussi forte, l’opposition à l’adoption n’a presque jamais été aussi forte elle aussi. Le gouvernement a gagné la bataille du mariage sous une forme acceptable pour l’opinion qui serait l’union civile, mais les réticences ne se sont pas démenties sur la question de l’adoption et laissent entrevoir une bataille très dure sur la question de la PMA. Cela explique sans doute le premier recul du gouvernement sur ce sujet. La question de la PMA semble reportée pour très longtemps, voire enterrée.

Sondage en ligne Métro - 30 janvier 2013

Sondage en ligne Métro - 28 janvier 2013

Sondage Ifop Atlantico - 26 janvier 2013

63% des Français favorables au mariage homosexuel, 49% à l’adoption : légère remontée de l'opinion sur le sujet

Atlantico : L'Ifop vient de réaliser un sondage sur le mariage homosexuel et l’adoption par des couples de même sexe. Comment l'opinion publique a-t-elle récemment évolué sur le sujet ?

Jérôme Fourquet : On s’aperçoit qu’il existe une petite évolution dans l’opinion publique en faveur du mariage et de l’adoption. Les partisans du mariage reprennent trois points (60% à 63%), même progression sur la question de l’adoption. On aurait pu penser qu’à la suite de la grande manifestation contre le mariage pour tous, organisée le 13 janvier dernier (manifestation intervenue entre nos deux dernières mesures d’opinion), la dynamique de ces derniers mois - une adhésion de  moins en moins forte à la question de l’adoption - allait se trouver renforcée ou du moins confortée. Mais la tendance est inverse. Cela traduit peut-être plus une remobilisation de ceux qui y sont favorables plutôt qu’une confirmation de la tendance précédente, qui était au développement du camp des anti-mariage gay.

 

 

Sondage en ligne Europe1 - 25 janvier 2013

Plus que 47% de Français favorables au mariage de couples de même sexe, 38% à l’adoption

Selon un sondage réalisé par YouGov (entre le 27 décembre et le 6 janvier sur un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus de 989 personnes), 47% de nos compatriotes sont favorables au « mariage » homosexuel tandis que 41% y sont opposés et que 12% ne savent pas.


Ils ne sont que 38% à se prononcer pour l’adoption par les homosexuels (51% contre, 12% indécis).

 

L’étude YouGov a été effectuée dans le cadre d’une série de sondages réalisés dans différents pays d’Europe (France, Royaume-Uni, Allemagne, Norvège, Danemark, Finlande, Suède).

YG-Archive-results-December-EuroTrack.pd
Document Adobe Acrobat 259.7 KB

Sondage en ligne Le Point - 16 janvier 2013

Sondage en ligne Métro sur la Manif pour tous - 15 janvier 2013

Sondage OpinionWay Le Figaro-LCI - 11 janvier 2013

L'opposition à la PMA et à l'adoption grandit

La question de l'adoption divise. Une minorité de sondés, 45 %, se disent aujourd'hui pour l'ouverture de l'adoption aux couples homosexuels, un pourcentage qui a dégringolé de 11 points entre mai 2012 et les 9 et 10 janvier 2013, selon la dernière mesure d'OpinionWay pour Le Figaro-LCI, réalisée auprès d'un échantillon représentatif de 981 personnes. «La forte progression d'opinions favorables à l'ouverture de l'adoption entre 2008 et 2012 n'a pas résisté aux récents débats. 

[...]
Au fil des semaines, les Français restent cependant favorables au mariage homosexuel stricto sensu avec 57 % d'opinions favorables, mais avec une légère érosion de trois points depuis les élections de mai 2012. 

Suite...

Les Français et le mariage, l’adoption et la PMA pour les homosexuels - Janvier 2013
opinionway_-_le_figaro-lci_-_les_francai
Document Adobe Acrobat 440.3 KB

Sonde Ifop In and Ouside - 11 janvier 2013

39% de soutien ou de sympathie pour la manifestation du 13 janvier - La Manif pour tous

L’enquête exclusive Ifop / In and Outside HEC réalisée à la veille de la manifestation du 13 janvier contre le projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les personnes de même sexe révèle les enseignements suivants :

  • Le soutien de l’opinion à l’égard du mariage pour les personnes homosexuelles reste largement majoritaire : 61% des Français considèrent ainsi que les couples homosexuels, hommes ou femmes, devraient avoir le droit de se marier en France, un chiffre stable depuis le mois de novembre 2012 et l’adoption en Conseil des ministres du projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption pour tous. Tout se passe comme si la très forte mobilisation des « anti-mariage pour tous » depuis la rentrée de septembre n’avait pas fait bouger les lignes dans l’opinion sur le sujet du « mariage pour tous ». Dans le détail, l’adhésion est majoritaire dans tous les segments sociodémographiques de la population, à l’exception des personnes âgées de plus de 65 ans. Parmi les segments les plus favorables figurent les sympathisants de gauche (83%). L’adhésion au projet est en revanche minoritaire auprès des personnes se déclarant proches de l’UMP (35%) et divise les sympathisants du Front National (44%).
  • La manifestation de dimanche suscite un soutien ou une sympathie minoritaire parmi les Français. Cette manifestation du 13 janvier à l’initiative du collectif « La manif pour tous » contre le projet de loi fait en effet l’objet d’un soutien de la part d’un quart des Français (25%), 14% des interviewés faisant également part de leur « sympathie » à l’égard de cette mobilisation. Au total, la manifestation de dimanche bénéficie d’un potentiel de 39% de soutien ou de sympathie, en-deçà de ce que les mouvements contestataires parviennent traditionnellement à capitaliser.
  • A l’inverse, 20% d’entre eux ne la soutiennent pas, et 12% y sont hostiles tandis que près de trois personnes sur dix déclarent y être indifférents (29%). Le soutien ou la sympathie à la manifestation le plus marqué concerne les personnes âgées de 65 ans et plus (54%), les sympathisants de droite (62%) et les catholiques pratiquants (71%).
  • La question de l’homophobie sous-jacente. Si 57% des Français interrogés considèrent que les manifestants de dimanche se déplaceront pour défendre les intérêts de la famille, une part quasi équivalente (59%) exprime le sentiment que ces manifestants ne défendent pas une vision moderne de la société.
  • De surcroit, une nette majorité des personnes interrogées soulève la question de l’homophobie : 64% des interviewés estiment en effet que l’homosexualité pose un problème aux manifestants, un avis partagé par toutes les catégories de population et notamment par les personnes hostiles à la manifestation (93%), par 79% des sympathisants de gauche et même un sympathisant de droite sur deux.
Sondage Ifop - In and Outside
2110-1-study_file.pdf
Document Adobe Acrobat 943.5 KB

Sonde CSA RTL - 11 janvier 2013

52% des français favorable au mariage des couples de même sexe

Une majorité de Français (52%) se déclare aujourd’hui favorable au mariage des couples de même sexe (-2 points depuis décembre). Cette opinion varie en revanche fortement au sein même de la population, de nets clivages sociologiques et politiques se manifestant sur cette question, que l’on retrouve d’ailleurs sur les opinions exprimées sur l’adoption et la PMA.

Suite...

Sondage en ligne Métro sur la PMA - 10 janvier 2013

Sondage Ifop Pélerin - 08 janvier 2013

60 % disent "oui au "mariage pour tous". En revanche, ils disent "non" à 54 % à l'adoption et à 53 % au recours à la procréation médicalement assistée.

Faute d'un débat organisé pour connaître les convictions profondes des Français, il faut s'en tenir aux sondages pour évaluer leur opinion. Le dernier en date, que publie Pèlerin, est à cet égard éclairant.

Premier enseignement : le dossier n'est clairement pas inscrit sur l'agenda 2013 des Français, 6 % seulement considérant qu'il s'agit d'une question prioritaire. Est-ce si étonnant ? "En période de crise, les demandes portent d'abord sur l'économique et le social. Du coup, le gouvernement s'est piégé lui-même en traitant ce projet en urgence", souligne Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l'institut Ifop.

Deuxième enseignement : le gouvernement voit s'effriter une adhésion qui semblait, hier, acquise. "Si une large majorité, 60 % des sondés, continuent de penser que les homosexuels ont le droit de se marier, ils sont désormais une minorité à estimer que ces mêmes couples devraient avoir accès à l'adoption ou à la procréation médicalement assistée - respectivement 46 et 47 % d'avis favorables", poursuit-il.

 

Les argument des opposants ont fait basculer l'opinion

Ces chiffres sont à mettre en regard avec ceux d'avant la campagne présidentielle : en juin 2011, 63 % des Français étaient favorables au mariage homosexuel et 58 % prêts à accepter que les couples homosexuels adoptent. "Ce revirement est à mettre en relation avec l'intense campagne menée par les opposants, qui ont visiblement su trouver des arguments convaincants, notamment les droits des enfants", décrypte Jérôme Fourquet.

 

Sondage Ifop - Pélerin
2106-1-study_file.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB

Sondage Ifop Valeurs Actuelles - 3 janvier 2013

Mariage homo : le référendum plébiscité

Sondage exclusif. Selon notre étude Ifop-“Valeurs actuelles”, 69% des Français se disent favorables à l’organisation d’un référendum sur le “mariage et l’adoption pour tous”. La droite va en faire l’un de ses chevaux de bataille.

 

C’est un tsunami : sept Français sur dix réclament l’organisation d’un référendum sur le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. Tel est le résultat, en forme d’adresse au gouvernement, de notre sondage exclusif Ifop-Valeurs actuelles. À la question : “Le gouvernement a présenté son projet de loi autorisant le mariage homosexuel avec droit d’adopter des enfants. Sur un tel sujet, les Français doivent-ils être appelés à décider par référendum ? ”, 69 % des personnes interrogées répondent en effet “oui, tout à fait” (42 %) ou “oui, plutôt” (27 %). Contre seulement 31 % qui répondent “non” (dont 13 % de “non, pas du tout”).

Alors que se profile, le 13 janvier, la grande manifestation parisienne contre le “mariage pour tous”, le 14 janvier le début des débats en commission à l’Assemblée, puis, le 29 janvier l’examen du texte en séance plénière, ce résultat est plus qu’un enseignement, une confirmation : quelles que soient leurs opinions sur le sujet, les Français jugent celui-ci trop important pour ne pas faire l’objet d’une vaste consultation populaire. [...]

 

Le plébiscite que constitue le résultat de notre sondage le démontre cependant : la question du mariage et de l’adoption pour les couples homosexuels ne saurait, selon les Français, être tranchée uniquement par les parlementaires. D’autant moins que toutes les catégories de la population – à la seule exception des sympathisants d’Europe Écologie-Les Verts, hostiles à 60 % – réclament ce référendum. C’est vrai pour les électeurs de droite (UDI : 80 % ; UMP : 86 % ; FN : 84 %), comme pour ceux de gauche et d’extrême gauche (PS : 55 % ; Front de gauche : 63 %). Vrai, encore, pour les plus jeunes (moins de 35 ans : 70 %) et les plus âgés (plus de 35 ans : 69 %). Vrai, enfin, pour les catégories les plus aisées (CSP+ : 62 %) et les plus modestes (CSP – : 71 %). Habitants des grandes agglomérations ou des zones rurales, professions libérales, indépendants, salariés du public ou du privé, actifs, chômeurs ou retraités : partout, également, se dégage une large majorité en faveur d’un référendum (de 59 à 73 %).

Suite...

 

Sondage Ifop La Manif pour tous - 20 décembre 2012

70% des personnes interrogées jugent le sujet du mariage pour tous secondaire

Les Français et le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour tous
Sondage IFOP-ManifPourTous.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

La réduction de la dette, la lutte contre la désindustrialisation mais aussi des sujets sociétaux paraissent plus importants, selon un sondage Ifop réalisé pour un collectif d'opposants au mariage gay.

 

L'ouverture du mariage aux couples homosexuels est loin d'être une priorité pour les Français, selon un sondage Ifop réalisé mi-décembre auprès d'un échantillon de 1005 personnes pour le collectif de la Manif pour tous, emmené par la polémiste et humoriste catholique Frigide Barjot. 70% des personnes interrogées jugent le sujet secondaire tandis qu'une grande majorité pointe l'urgence de s'attaquer aux dossiers de la réduction de la dette publique (62%) ou de la lutte contre la désindustrialisation (56%).

 

«Pour les Français, c'est loin d'être la priorité du moment. Aux critiques de fond sur le texte s'ajoute donc une critique de forme sur le timing du projet de loi, note le directeur du département opinion publique de l'Ifop, Jérôme Fourquet. Même d'autres sujets sociétaux comme la dépendance (30%) ou la réforme de la formation professionnelle (24%) arrivent largement devant le mariage pour tous, jugé prioritaire par seulement 7% des sondés. Pourtant, ces sujets sont bien moins médiatiques. Cette crainte partagée des Français, y compris dans l'électorat de gauche, de perdre du temps sur ce dossier qui n'est pas au cœur de leur préoccupation est un argument de plus pour les opposants au texte». Un sentiment relayé cette semaine par la lettre à François Hollande d'une quinzaine de députés et d'élus socialistes du collectif Gauche populaire pour lui demander de «remettre l'agenda économique et social en tête des priorités de l'action gouvernementale».

 

Sondage Ifop - Confédération des associations familiales catholiques - 15 décembre 2012

Les Français attachés à la famille «classique»

Selon un sondage IFop, 55 % des Français estiment qu'une famille composée de deux adultes du même sexe n'est pas une famille comme toutes les autres.

 

98 % des Français ayant des enfants de moins de 15 ans se tourneraient avant tout vers des familles avec un couple de parents homme-femme s’ils se retrouvaient dans l’incapacité de s’occuper de leur progéniture en cas de décès ou de maladie grave.

Toutefois, près d’une personne sur deux accorderait sa confiance à un couple homosexuel féminin (47%), mais plus de six sur dix ne l’accorderaient pas à un couple homosexuel masculin (62%) ;

59 % des Français refusent toute modification de l’état civil avec l’introduction de termes neutres (époux, parents…) pour remplacer des termes comme mari, femme, père, mère ;
55 % des Français considèrent qu’une famille avec deux adultes du même sexe (que ce soit deux hommes ou deux femmes) n’est pas une famille comme toutes les autres.

Suite...

Sondage CSA BFM TV - 13 décembre 2012

44% des Français favorables au mariage et à l'adoption des couples homos

sondagebfmtvcsa.pdf
Document Adobe Acrobat 622.8 KB

Sondage exclusif CSA / BFMTV réalisé par Internet du 11 au 13 décembre 2012.

Un sondage CSA pour BFMTV confirme cette scission et révèle que 54% des Français se disent favorables au mariage pour tous. Parmi eux, 25% se disent tout à fait favorables. 


48% des Français sont favorables à l'doption contre 48% contre selon le sondage CSA-BFMTV mais l'on constate que le nombre d'opposants a chuté depuis 2004 : 48% contre 65%. 

 

Là encore, les questions des convictions politiques et religieuses influent grandement sur l'opinion. 


En conclusion, 44% des Français sont favorables au mariage et à l'adoption contre 37% d'opposants farouches. 8% sont seulement favorables au mariage quand 4% le sont seulement pour l'adoption.

 

Sondage Ifop - Valeurs Actuelles - 17 novembre 2012

52 % des personnes interrogées y sont hostiles à l'extension de l'adoption pour les couples homosexuels

sondage_Ifop-lesadoptes.pdf
Document Adobe Acrobat 237.1 KB

Renversement de tendance ? Alors que les opposants au mariage gay s’apprêtent à manifester, ce 17 novembre, dans toute la France, un sondage Ifop pour Valeurs actuelles démontre que le rapport de force, qu’on disait favorable aux partisans de la réforme, est loin d’être figé. Alors que, dans une étude réalisée pour le Monde entre les 29 et 31octobre par ce même institut, 52 % des Français se déclaraient favorables à l’extension de l’adoption pour les couples homosexuels, un sondage réalisé toujours par l’Ifop, mais entre le 6 et le 9 novembre, pour notre magazine, démontre que les choses ont bougé : 52 % des personnes interrogées y sont désormais hostiles.


Choc consécutif à l’adoption du projet, jusqu’alors non inscrit dans l’agenda politique, par le Conseil des ministres du 7 novembre ? Prise de conscience de l’importance de l’enjeu via, notamment, la fronde grandissante des maires face à la perspective de marier deux personnes du même sexe ? Le fait est que même l’adhésion au principe de l’union homosexuelle recule : 65 % des Français y étaient favorables fin octobre ; ils n’étaient plus que 61 % début novembre. Avec une forte accentuation du clivage gauche-droite : 83 % des sympathisants de gauche sont pour (+ 2 points par rapport à août 2012), contre seulement 42 % des sympathisants de droite ( – 8 points en trois mois pour le FN et – 5points pour les sympathisants de l’UMP).


S’agissant de l’adoption, les choses sont encore plus tranchées : 70 % des électeurs de Sarkozy sont contre, mais aussi 63 % des lepénistes et 58 % de ceux ayant voté François Bayrou. Sociologiquement, les résultats du sondage sont sans surprise : les professions-libérales et les cadres supérieurs sont davantage acquis à la réforme (62 % pour) que les employés (48 % contre), de même que les jeunes générations (60 % favorables à l’adoption chez les moins de 35 ans) tandis que les plus âgés résistent à la pression : 56 % d’opposants chez les plus de 35 ans – dont 66 % chez les 65 ans et plus…

Sondage Ifop - Le Monde - 07 novembre 2012

52% des français sont favorables à l'adoption par les couples homosexuels

2042-1-study_file Le Monde.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

Le gouvernement a-t-il sous-estimé l'hostilité d'une partie de l'opinion à son projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels? Un sondage réalisé par l'IFOP pour Le Monde confirme la division du pays sur le droit à l'adoption, principale cible des opposants au projet. Ces derniers sont particulièrement actifs au moment de la présentation du projet de loi en conseil des ministres par la garde des sceaux, Christiane Taubira, mercredi 7 novembre.

 

 

Faisant écho à la présentation et à l’adoption du projet de loi du « mariage pour tous » en conseil des ministres, 65% des Français interrogés par l’Ifop pour Le Monde considèrent que les couples homosexuels, hommes ou femmes, devraient avoir le droit de se marier (51% en 1995, 64% en 2004).

 

L’opinion est toutefois plus partagée s’agissant du droit accordé aux homosexuels d’adopter, en tant que couple, des enfants (52% y sont favorables, soit 6 points de moins qu’en juin 2011). En parallèle, les deux tiers des personnes interrogées (66%) pensent que les femmes lesbiennes qui vivent en couple devraient avoir le droit d’adopter l’enfant de leur conjointe.

En outre, 56% des interviewés se disent favorables à ce que les couples de femmes homosexuelles puissent avoir recours à l’insémination artificielle pour avoir un enfant. Ces scores s’inscrivent dans un contexte où 16% des Français interrogés considèrent que la société est trop tolérante vis-à-vis des homosexuels, 45% estimant à l’inverse qu’elle ne l’est pas assez. Les Français sont en revanche plus catégoriques sur leur perception de l’homosexualité : pour 87% d’entre eux, c’est une manière comme une autre de vivre sa sexualité, 7% jugent que c’est une perversion sexuelle à combattre et 6% une maladie que l’on peut guérir.

Sondage HL2 - Le Nouvel Observateur - 16 octobre 2012

Des Français majoritairement favorables au mariage des couples homosexuels mais partagés quant à l’adoption d’enfants.

lh2nouvelobsfrancaisetdroitscoupleshomos
Document Adobe Acrobat 1.0 MB

En synthèse :

  • Contrairement à ce que l’on pouvait observer il y a une dizaine d’années, les Français considèrent majoritairement que les couples homosexuels devraient avoir le droit de se marier : 58% des Français sont favorables au mariage homosexuel, dont 27% tout à fait favorables et 38% y sont opposés, dont 24% tout à fait opposés. Néanmoins, en analysant de précédentes enquêtes sur le sujet, on observe une tendance à la baisse du taux d’adhésion au mariage homosexuel depuis la médiatisation du projet de loi. Les Français sembleraient donc moins convaincus de leur position
  • Si l’engagement de François Hollande concerne « l’ouverture du droit au mariage de personnes de même sexe, et par voie de conséquence de l’adoption aux couples mariés de même sexe», il semblerait que pour les Français le droit à l’adoption ne découle pas de façon si évidente du droit au mariage. 25% de ceux qui approuvent l’union des couples homosexuels ne sont pas favorables à ce qu’ils adoptent.
  • Les Français semblent très divisés quant au droit d’adopter des enfants pour des couples homosexuels en France : 49% d’entre eux se prononcent en faveur de ce droit contre 48% qui y sont réfractaires.  A noter que le taux de ‘Tout à fait opposés’ (30%) est supérieur à celui de ‘Tout à fait favorables’ (22%). La question de l’adoption n’est peut-être pas aussi claire aux yeux de l’opinion que ne le souhaiterait le Gouvernement, et semble encore faire débat.

 

Une très courte majorité de Français juge que les couples lesbiens devraient avoir accès à la procréation médicalement assistée.

  • Tout comme l’adoption, la question de la PMA divise les Français. Si le droit à l’adoption des couples homosexuels suscite autant d’adhérents que d’opposants, les Français sont légèrement plus nombreux à approuver la procréation médicalement assistée qu’à la désapprouver. Nous ne sommes finalement pas dans la situation où la PMA serait nettement moins acceptée que l’adoption, alors que le projet de loi inclut l’adoption et met de côté la PMA.  51% des Français se déclarent en faveur de ce droit pour les couples homosexuels féminins, contre 45% qui y sont hostiles. Signe d’une acceptation très fragile, le taux de ‘Tout à fait favorables’ est relativement faible (20%), et inférieur au taux de ‘Tout à fait opposés’ (27%).
  • Comme ce qui a été observé pour l’adoption, le droit à la procréation médicalement assistée ne semble pas aller systématiquement de pair avec le droit de passer devant le maire : 23% de ceux qui sont favorables au mariage homosexuel sont réfractaires à l’accès à la procréation médicalement assistée. 

 

Les questions relatives à l’élargissement des droits aux homosexuels sont fortement clivées au niveau de l’âge, du sexe et des préférences politiques.

 

L’accès au mariage ainsi qu’à la procréation médicalement assistée recueillent des opinions majoritairement favorables. L’adhésion est cependant peu marquée, en particulier en ce qui concerne le recours à la procréation médicalement assistée. Les avis sont encore plus partagés pour ce qui est de la possibilité d’adopter pour les couples homosexuels, les Français ne parvenant pas à se positionner sur cette question, signe d’un certain flou dans leur esprit sur ce sujet.

 

Les opinions globalement assez mitigées sur ces sujets sont liées à des inquiétudes sur la famille en général. Le remplacement des termes « père » et « mère » par le terme de « parent » dans le projet de loi a par exemple peut-être effrayéles Français. La forte progression des opposants au projet et la médiatisation de leurs arguments ont également certainement joué. La période actuelle de crise renforce également sans doute les inquiétudes, et il semble qu’il y ait une certaine montée du conservatisme sur les questions sociétales due à un climat global anxiogène. 

 

Le Gouvernement a certainement choisi d’éviter une réforme en profondeur de la filiation car il avait anticipé les doutes des Français concernant la proposition 31, et a donc voulu éviter de les diviser encore. Mais le débat actuel s’est déplacé vers l’accès à la procréation médicale assistée alors que le droit à l’adoption, qui découle de celui du mariage homosexuel dans le projet, est encore loin d’être largement accepté dans l’opinion publique. 

Mariage gay : pourquoi l'opinion coince sur l'adoption par des couples homosexuels - par le HuffPost

Mariage gay : pourquoi l'opinion coince sur l'adoption par des couples homosexuels - EXCLUSIF

 

"Une boîte de Pandore", une voie ouverte vers "l'inceste", la "pédophilie" ou encore la "polygamie", de déclarations tonitruantes en surenchères, la question du "mariage pour tous" s'est imposée comme l'un des principaux éléments clivant de la société française, en à peine quelques mois.

 

Si les Français disent toujours "oui" au mariage gay, les sondeurs ont enregistré un net recul sur la question du droit des homosexuels à l'adoption. Pourquoi? Une semaine avant la présentation du projet de loi sur le mariage pour tous devant le Conseil des ministres, l'Ifop s'est livré à un exercice rétrospectif qui permet de mieux comprendre l'évolution de l'opinion des Français sur cette actualité brûlante. Le HuffPost s'est procuré cette analyse.

 

Sondage Ifop - Les adoptés - Septembre 2012

63 % des personnes interrogées répondent « qu’il faut que les enfants puissent avoir un père et une mère »

sondage_Ifop-lesadoptes.pdf
Document Adobe Acrobat 237.1 KB

Le droit à l’adoption pour les couples homosexuels semble, selon différentes études récentes, diviser les Français.

Le sondage réalisé par l’IFOP pour l’association Les Adoptés fin septembre 2012 confirme une grande réticence de l’opinion.

 

Invitées à se prononcer sur le principe qui, selon eux, doit être garanti prioritairement dans le cadre de ce débat de société,  63 % des personnes interrogées répondent « qu’il faut que les enfants puissent avoir un père et une mère » contre 34 % qui affirment « qu’il faut que les couples homosexuels puissent adopter des enfants ».

 

En rendant public ce sondage, l’association Les Adoptés veut attirer l’attention des pouvoirs publics sur le sort et la fragilité des personnes adoptées. Elle demande que la parole soit enfin donnée aux premiers concernés, les personnes adoptées, avant toute décision dans la précipitation, bouleversant les conditions même de l’adoption.

 

De nombreux adoptés ont témoigné ce jour à Paris (cf www.lesadoptes.org) de leur traversée difficile de l'enfance et de l'adolescence, de leur cheminement de vie particulier pour construire leur identité.

 

Les membres de l'association soulignent la discrimination qu’une telle loi instaurerait contre les enfants adoptés vis-à-vis des autres enfants : l’Etat organiserait lui-même un système privant des enfants d’un papa ou d’une maman. Lara Carbery, porte-parole de l’association, affirme : « Il serait terriblement injuste vis-à-vis des enfants adoptés de leur enlever ces repères structurants essentiels que sont un papa et une maman, car l'amour ne suffit pas, il nous faut  la richesse de chacun d’eux et leur complémentarité. Je demande donc à Madame Taubira de stopper ce projet de loi au nom de tous les adoptés. N’imposez pas, Madame, des inégalités entre enfants en attente d'adoption. Ne privez pas délibérément certains enfants d'un papa et d'une maman ».

Sondage Ifop - La Lettre de l'Opinion - août 2012

53% des français favorables au droit à l’adoption pour les couples homosexuels

1956-1-study_file la lettre de l'opinion
Document Adobe Acrobat 733.7 KB

Si une récente enquête de l’Ifop réalisée en août dernier pour la Lettre de l’Opinion indiquait qu’une large majorité de Français demeurait favorable au mariage homosexuel (65 % contre 63 % un an plus tôt), le droit à l’adoption pour les couples homosexuels divisait davantage les Français et l’adhésion à cette idée était en recul à 53 %, soit 5 points de moins que l’année précédente. 

Sondage Ifop - Ouest France - juin 2011

58% des français favorables à l'adoption pour les couples homosexuels

1548-1-study_file ifop ouest france.pdf
Document Adobe Acrobat 629.4 KB

Après l’adoption mi-juin d’une résolution de l’ONU portant sur les droits des homosexuels et  douze ans après l’adoption de la loi sur le PACS,  les Français interrogés par l’Ifop pour Dimanche Ouest France se montrent dans une grande majorité favorable au mariage homosexuel (63%) et plus d’un tiers (37%)  y sont même très favorables.

 

Ce score est proche de celui déjà observé en mai 2004 (64%) dans un sondage réalisé par l’Ifop pour Elle dans le contexte du mariage célébré par le maire de Bègles avant d’être annulé. On observe de plus une légère augmentation des avis favorables depuis la dernière mesure réalisée en juin 2008 pour le JDD.fr (+1 point), confirmant une nette progression de ce sentiment au sein de la population française au cours de la dernière décennie : pour rappel, seuls 48% des Français se prononçaient en faveur du mariage homosexuel en juin 1996.

 

Les mêmes tendances se dégagent aujourd’hui en ce qui concerne l’opinion des Français à l’égard du droit d’adopter des enfants : près de six Français sur dix y sont favorables (58%, et 30% de « tout à fait » favorables). 

L’acceptabilité des droits des couples homosexuels reste globalement stable depuis 2004

Pourcentage de Français favorables au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels (sondages Ifop)
Pourcentage de Français favorables au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels (sondages Ifop)

Opinion publique : l'actualité des sondages en France

 

Promesse de campagne de François Hollande, le mariage pour les couples homosexuels est entré dans le débat au cœur de l’été suite à la réaffirmation par l’Église catholique française de son opposition à cette mesure. Si le débat agite la sphère politique, et notamment la droite, divisée sur cette question, l’opinion publique se montre largement favorable au mariage homosexuel, 65 % estimant que les couples du même sexe devrait avoir le droit de se marier.


Après avoir augmenté entre la fin des années 1990 et le début des années 2000, l’acceptabilité des droits des couples homosexuels reste globalement stable depuis 2004


L’acceptation du mariage homosexuel a augmenté au fil du temps (elle était de 51 % seulement en mai 1995), mais cette hausse de la proportion de Français favorables au mariage homosexuel s’est tassée déjà depuis quelques années. Ainsi, en mai 2004, 64 % des Français étaient déjà favorables à cette mesure, un score comparable à celui d’aujourd’hui.

 

Une majorité des Français accepte également l’adoption par les couples homosexuels (53%), bien que cette question suscite plus de réserves. Comme pour le mariage, l’acceptation de l’adoption a nettement augmenté par rapport au milieu des années 90, où elle était majoritairement rejetée (seuls 39 % des Français y étaient favorables en mai 1995 et 33 % en juin 1996). A l’instar de ce que l’on observe pour le mariage, le soutien à l’adoption pour les couples homosexuels n’a pas véritablement progressé depuis mai 2004. 49 % des Français y étaient alors favorables, un résultat à peine plus faible que celui obtenu aujourd’hui (53%). C’est en janvier 2011 que le plus haut niveau d’acceptation de la mesure a été enregistré (58 %) mais il a depuis reculé.