Argument n°9 : pas de débat possible puisqu'il s'agit d'une promesse de campagne du Président

Explication

Le mariage homosexuel a fait partie des 60 engagements de François Hollande qui a été élu le 6 mai par une majorité de français.

Les français contre cette évolution du mariage doivent respecter la volonté démocratique.

Ils justifient cet argument

Chat sur LeMonde.fr avec Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la famille

D'abord je souhaite dire que cela fait partie des 60 engagements que François Hollande a pris devant les Français. Il a été élu le 6 mai. Ces mêmes engagements ont été portés par les députés ensuite et il y a eu une majorité qui a été donnée à François Hollande pour réaliser ces 60 engagements.


Par ailleurs, cette réforme fait partie du calendrier du changement qui prévoyait le vote de cette loi avant juin 2013.


Enfin, je voudrais dire que les parlementaires n'ont manifestement pas beaucoup confiance dans la représentation du peuple qu'ils sont censés incarner. Redoutent-ils de devoir expliquer leurs votes et leur prise de position devant leurs propres électeurs ? Je parle bien évidemment des députés qui sont contre cette loi et qui réclament un réferendum.

Contre analyse

Lorsqu'on élit un président, on n'est pas nécessairement d'accord avec l'ensemble de ses promesses. Une majorité peut avoir élu François Hollande et une autre majorité être contre le mariage homosexuel avec adoption d'enfants. 

Si demain un candidat de droite, contre le mariage homosexuel, était élu, les partisans de ce mariage accepteraient-ils l'annulation du mariage homosexuel sous couvert de cet argument ? Certainement non...

 

Certains sujets plus sensibles ou touchant à des points centraux de la vie sociale mériteraient à minima un large débat, et dans bien des cas, un référundum, pour éviter la précipitation pourvoyeuse potentiellement de nombreux dommages collatéraux.

 

Par ailleurs, toutes les promesses ne seront pas tenues comme celle de la taxe à 75%, trop complexe et retoquée par le Conseil constitutionnel.

 

Enfin, cette union des couples de même sexe arrive par ailleurs en tête des citations (46%) lorsque l'on demande aux Français à quels engagements le gouvernement devrait renoncer dans les prochains mois (baromètre OpinionWay décembre 2012)...signe qu'ils n'ont pas élu le Président pour cela !

Ils réfutent l'argument

« Mariage » homosexuel  : dix arguments pour une riposte

Certes, le projet faisait partie des mesures annoncées dans le programme du président de la République. Mais il a été élu à une très courte majorité. Et rien ne dit que ses électeurs approuvaient tous les éléments de son programme.

 

Ce point, qui correspond à la requête d’une minorité, a en tout cas été très peu présent dans le débat public, notamment entre les deux tours. Or il représente un enjeu majeur pour la société, puisqu’il touche à des repères fondamentaux. Il mérite une discussion large, comme cela a été fait pour le projet de loi bioéthique.

 

La taxe à 75% ne verra pas le jour

On annonçait sa nouvelle mouture pour fin janvier, pour février au plus tard, mais la taxe à 75 % sur les revenus supérieurs à un million d’euros annuels ne devrait finalement jamais voir le jour. Selon les informations d’Europe 1, il a en effet été décidé en haut lieu de ne pas revenir sur cette promesse emblématique du candidat François Hollande. Une première version de la mesure avait été retoquée fin décembre par le Conseil constitutionnel, au motif que la mesure était prévue pour s’appliquer à une personne et non à un foyer fiscal.

 

Baromètre Metro : le mariage gay jugé non prioritaire

GOUVERNEMENT - Le mariage pour tous arrive en tête des mesures auxquelles les Français souhaiteraient voir le gouvernement renoncer, selon notre sondage OpinionWay

 

"Concentrez-vous d'abord sur les questions économiques et sociales", disent les Français au gouvernement.

Interrogés sur les mesures qu'ils souhaitent voir prioritairement mises en œuvres dans les mois à venir, 54% des sondés plaident pour "la réduction des déficits", 50% pour "la lutte contre la fraude fiscale et sociale". La crise pesant sur les préoccupations, les mesures sociétales comme "l'acte 2 de la décentralisation" (4%) et "le mariage pour tous" (10%) sont en revanche reléguées en queue de peloton.

 

Durcissement de l'opposition

Cette union des couples de même sexe arrive par ailleurs en tête des citations (46%) lorsque l'on demande aux Français à quels engagements le gouvernement devrait renoncer dans les prochains mois. Une majorité de l'opinion y est pourtant favorable. Mais signe du durcissement de l'opposition à cette mesure, 72% des sympathisants de droite, contre 26% de ceux de gauche, se prononcent pour son abandon. Même la réévaluation de la TVA, qui suscite pourtant beaucoup d'inquiétudes, recueille moins de réponses négatives : les sondés sont 41% à juger qu'elle doit être remise au placard. Parmi les mesures sociétales, une seule semble devoir garder le rang de priorité pour les Français : le non-cumul des mandats, que 35% des personnes interrogées considèrent comme une urgence. Mais l'attachement à cette promesse de François Hollande peut aussi être perçu comme une marque de défiance à l'égard de la classe politique...

 

Et vous ?

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Adhérez-vous à l'argument ? Le trouvez-vous juste d'un point de vue logique ? Quel degré de véracité lui donnez-vous ?

Quel pourcentage d'adhésion de votre part : 0% ? 30%? 50%? 70% ? 100% ?

 

Forgez votre propre opinion en faisant fi des préjugés : personne ne le fera à votre place !